Thérapie – 6 novembre 2020

Les compléments alimentaires et le VIH - qui ne les prend pas ?

Presque toutes les personnes vivant avec le VIH prennent des compléments alimentaires à un moment donné ou tout le temps. Les raisons de cette situation varient, mais les avantages ne sont pas toujours prouvés. Certaines vitamines sont également souvent prescrites par les médecins. Il faut absolument y regarder de près, car les fabricants de ces préparations sont une industrie qui s'occupe avant tout de la vente. Des informations intéressantes à ce sujet sont maintenant également disponibles en rapport avec la COVID-19.

Certains compléments alimentaires ont un impact important sur la santé publique. Deux exemples méritent d'être mentionnés : depuis l'ajout d'iode au sel de table, le goitre, l'augmentation du volume de la glande thyroïde, a disparu. Dans de nombreux pays, la vitamine D est ajoutée au lait. De nombreux chercheurs dans le domaine cardiovasculaire le préconisent - mais ce n'est pas encore le cas en Suisse et en Allemagne. Pourtant, au moins une personne sur dix présente une carence en vitamine D plus ou moins prononcée ; en hiver, la moitié de la population en souffre. Les acides gras oméga-3 (capsules d'huile de poisson) et le magnésium, tous deux destinés au système cardiovasculaire, sont également populaires auprès des personnes séropositives.

Je garde un souvenir impérissable d'une épidémie de grippe en 1983 - l'écrivain était en formation militaire dans la caserne bernoise. Un jour, le commandant de l'école est venu à l'appel du matin et a appelé toute l'école à manger au moins une pomme par jour. Celles-ci furent placées devant les salles de classe dans des cageots remplis journellement. Le résultat a été impressionnant - l'école d'infanterie d'à côté était paralysée à 80%, nous n'avions que 2 patients parmi nous.

Information avant consommation
Si vous souhaitez prendre des compléments alimentaires ou des vitamines, vous devez vous renseigner auprès d'organismes indépendants. Vous trouverez d'excellentes informations sur le site de la Société suisse de nutrition (www.sge-ssn.ch). Cette source est particulièrement recommandée car elle fournit également des informations importantes sur l'alimentation. Les gens peuvent contrôler beaucoup de choses eux-mêmes - jamais auparavant l'approvisionnement en aliments frais, fruits et légumes n'a été aussi bon tout au long de l'année. Malgré la bonne offre, de nombreuses personnes mangent une nourriture inadéquate ou mauvaise - un patient hospitalisé sur cinq en Suisse est concerné. La société a toute une série de recommandations sur la nutrition et la maladie disponibles en téléchargement - cela vaut la peine d'y jeter un coup d'œil. Il est également intéressant de lire les recommandations nutritionnelles, tant les valeurs de référence de la DACH que les recommandations de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV.

Ensuite, il y a un site web bien fait, malheureusement uniquement en anglais, Snake Oil Supplements? Le site fournit les preuves scientifiques de nombreux compléments alimentaires populaires. La représentation visuelle avec la "Worth It Line" est utile pour l'orientation : Ce qui est énuméré en dessous n'a pas d'utilité prouvée. D'ailleurs, il y a beaucoup plus de produits en dessous de la ligne qu'au-dessus. Par exemple, la dernière mise à jour, en avril 2019, a publié de nouvelles données sur l'ail et le traitement du cancer (les données ne sont pas très prononcées, des recherches supplémentaires sont nécessaires). Nouvelle et excellente est la preuve de l'efficacité des préparations du gattilier ou arbre au poivre (Vitex agnus-castus) pour les troubles prémenstruelles. Les données concernant 3 à 5 tasses de café par jour pour la prévention des troubles cardiovasculaires, ainsi que le calcium et la vitamine D pour des os sains, sont également solides.

La vitamine D pour la COVID-19 ?
La carence en vitamine D pourrait être liée à une évolution plus grave d'une infection au COVID-19 - cela a été rapporté dans la presse il y a quelques jours. Une méta-étude, publiée en ligne dans le "Journal of Medical Virology", a évalué les données de près de 1 400 patients atteints de COVID-19. Les personnes ayant un mauvais pronostic avaient des taux de vitamine D nettement inférieurs à ceux des personnes ayant un bon pronostic. Les scientifiques suggèrent même le taux de vitamine D comme facteur de pronostic pour l'évolution d'une maladie. Une relation de cause à effet n'a pas encore été prouvée - l'observation pourrait aussi simplement être une soi-disant corrélation, et la cause réelle pourrait être différente. Cependant, une petite étude pilote menée à Cordoue semble en apporter la preuve. 50 patients COVID-19, sélectionnés au hasard dans un groupe de 76 patients admis à l'hôpital, ont reçu le calcifédiol, un métabolite de la vitamine D, en plus du traitement standard. Celle-ci est transformée en une vitamine active dans le corps. Sur les cinquante patients sous calcifédiol, un seul a dû être admis aux soins intensifs (et en est ressorti). Sur le plus petit groupe de 26 personnes sans calcifédiol, 13 y ont été admises, dont deux sont décédées. Toutefois, une étude plus importante est nécessaire pour confirmer les preuves. Les infections des voies respiratoires et surtout la tuberculose ont montré qu'une carence en vitamine D est un facteur de risque.

 

David Haerry / Octobre 2020

 51 nutritionalsupplements Englisch