Thérapie – 29 novembre 2018

HIV Glasgow 2018 : Rapport succinct

Tous les deux ans, le congrès VIH de Glasgow est à nouveau à l'ordre du jour. Le congrès a une image particulière - un temps misérable mais des citadins très sympathiques dans la ville - et un événement où vous ne pouvez rien manquer parce qu'il n'y a qu'une voie à suivre ; vous vous réjouissez pour un programme varié et de bonnes conversations avec vos collègues parce que vous avez un peu plus de temps que d'habitude.

Cette année, l'édition de la conférence s'est déroulée dans la meilleure tradition de Glasgow, à l'exception de la météo. Il faisait frais, mais le soleil brillait surtout.

Sujets pour les patients : un atelier sur la guérison du VIH et une session spéciale sur le vieillissement avec le VIH.

L'atelier communautaire sur les aspects de la recherche dans le domaine de la guérison du VIH a été mis sur pied. Une fois par an, les militants rencontrent les chercheurs lors de la conférence sur les rétrovirus (CROI) aux Etats-Unis en mars et une fois de plus lors de la conférence européenne sur le sida à l'automne. Glasgow 2018 s'est concentré la première fois sur les sciences du comportement et l'éthique dans ce domaine de recherche. Et il y avait beaucoup à réfléchir et à discuter. Les attentes des chercheurs et des patients concernés sont-elles cohérentes ? Les patients participant aux études donnent leur consentement à des interventions parfois violentes avec des effets majeurs. Les chercheurs, d'autre part, sont conscients que personne ne sera guéri dans ces études. Le plus grand nombre possible de nouvelles découvertes devrait faire avancer la recherche - tels sont les objectifs réalistes de ces études en cours. Les patients participants savent-ils toujours qu'il est peu probable qu'ils bénéficient personnellement de la recherche en cours ? Les thérapies d'aujourd'hui sont si sûres et efficaces - vaut-il vraiment la peine de travailler à un possible remède de toute façon ? La participation à ces études n'est pas entièrement sans risque, car la plupart des essais en cours impliquent une interruption du traitement. Toute interruption du traitement comporte un risque et les participants à l'étude doivent le comprendre. Le sujet est complexe. Les deux activistes Richard Jefferys et Simon Collins ont conçu une recommandation pour la recherche incluant des interruptions de thérapie[1].

La session communautaire du Groupe Européen sur le Traitement du SIDA a reflété sur le projet achevé de l'organisation "Ageing". Bien qu'à l'origine le projet ait été spécifiquement conçu sur le thème du vieillissement avec le VIH, il s'adressait aussi bien aux enfants et aux adolescents qu'aux adultes âgés de 18 à 50 ans. C'était certainement bien intentionné, mais les présentations des trois axes ont montré que l'objectif initial était perdu. De précieuses connaissances ont été acquises, mais la question est maintenant de savoir ce qu'il faut en faire. À Glasgow, ceci n'était pas évident.

Traitement anti-VIH

Les nouvelles en un mot:

  • Janssen a présenté des données sur 96 semaines d'une nouvelle combinaison de granules uniques avec l'inhibiteur de protéase Darunavir. Les autres substances sont l'emtricitabine, le ténofovir alafénamide et le cobicistat. La nouvelle combinaison a déjà été approuvée aux États-Unis, dans l'UE et au Canada. Elle est particulièrement intéressante pour les patients qui éprouvent des difficultés d'adhérence, car cette combinaison ne crée pratiquement aucune résistance.
  • Gilead montre également des données sur 96 semaines avec le nouvel inhibiteur d'intégrase Bictegravir comparé au concurrent déjà connu Dolutegravir[2]. Dans l'étude présentée, les patients utilisant bictégravir ont présenté moins d'effets secondaires que ceux qui prenaient dolutegravir. Il est toutefois intéressant de noter qu'il n'y a pas eu de différence dans les abandons de traitement en raison des effets secondaires. La pilule combinée contient également de l'emtricitabine et du ténofovir alafénamide. La pilule est approuvée dans l'UE depuis fin avril 2018.
  • Une étude française a comparé l'efficacité du dolutegravir à celle de l'éfavirenz[3]à faible dose. Bien que les deux substances aient été aussi efficaces, les patients sous dolutegravir sont mieux protégés contre la résistance. Il s'agit d'une découverte importante pour l'utilisation du dolutegravir en Afrique - nous l'expliquerons plus loin.
  • Innocuité du Dolutegravir au début d’une grossesse - nous en avons fait rapport en mai[4]: Il n'y a actuellement aucune nouvelle découverte sur les observations au Botswana. Le signal fera l'objet d'une enquête plus approfondie et les recommandations de sécurité de mai 2018 seront maintenues. Toutefois, il n'y a pas d'autres indications concernant l'innocuité du Dolutegravir. Le signal n'a pas été observé avec les autres inhibiteurs de l'intégrase (raltégravir, elvitegravir et bictégravir). D'autres données sont attendues au printemps 2019. Nous ne pouvons qu'espérer que cela reste le cas - l'étude décrite ci-dessus sur l'éfavirenz à faible dose par rapport aux inhibiteurs de l'intégrase montre à quel point cette substance est importante en Afrique australe.
  • Theratechnologies a présenté des données sur la substance Ibalizumab, un anticorps monoclonal utilisé avec succès chez les patients présentant une résistance multiple[5]. Cette substance, qui a été approuvée aux États-Unis en avril, est injectée toutes les deux semaines. Les participants à l'étude étaient des patients plus âgés atteints d'une maladie avancée qui vivent avec le VIH depuis plus de vingt ans. Cependant, le nombre de participants à l'étude était très faible et la question est de savoir dans quelle mesure les résultats sont solides.

PrEP

L'utilisation de la prophylaxie pré-exposition PrEP a d'abord suscité la controverse chez de nombreux médecins. La séance interactive avec Roy Gulick a montré à quel point cela a changé. Il pose la même question au public depuis des années au sujet de l'utilisation de la PrEP. Alors qu'il y a 4 ans, seuls 10% seulement des personnes présentes auraient pris une PrEP dans une situation spécifique, ils sont aujourd'hui plus de 70%. La PrEP est donc définitivement sortie du bourbier.

Deux études intéressantes sur le sujet:

  • Truvada générique acheté en ligne est sûr et contient les bonnes substances en quantité suffisante[6]. C'est également une bonne nouvelle pour les utilisateurs de la PrEP en Suisse. Mais il est important d'utiliser l'un des canaux recommandés par les médecins et les Checkpoints et de ne pas acheter en ligne n’importe où. À noter également qu'une ordonnance médicale doit être disponible, sinon l'envoi sera confisqué à la douane.
  • L’innocuité d'une PrEP est depuis longtemps un sujet de préoccupation. En particulier, on craignait une détérioration de la fonction rénale et une influence négative sur la densité osseuse. Dans la méta-analyse présentée à Glasgow, aucune indication d'un risque accru d'effets secondaires n'a pu être trouvée[7].

La prochaine grande conférence sur le VIH en Europe sera l'EACS 2019 du 6 au 9 novembre 2019 à Bâle. Mais déjà au printemps, nous ferons un compte-rendu de la conférence sur les rétrovirus à Seattle.

 

David Haerry / November 2018

 


[1] http://i-base.info/htb/wp-content/uploads/2014/07/Community-TI-draft-for-comment-210714.pdf

[2] Stellbrink H et al. Phase III randomized, controlled clinical trial of bictegravir coformulated with FTC/TAF in a fixed-dose combination (B/F/TAF) versus dolutegravir (DTG) + F/TAF in treatment naıve HIV-1 positive adults: Week 96 results. International Congress on Drug Therapy in HIV Infection (HIV Glasgow), Glasgow, 2018, abstract 0211.

[3] Cournil A et al. Dolutegravir- versus an efavirenz 400mg-based regimen for the initial treatment of HIV-infected patients in Cameroon: 48-week efficacy results of the NAMSAL ANRS 12313 trial.International Congress on Drug Therapy in HIV Infection (HIV Glasgow), Glasgow, UK, abstract 0342

[4] https://positivrat.ch/cms/fr/medecine/therapie/376-dolutegravir-l-autorite-europeenne-des-medicaments-et-l-oms-incitent-certaines-femmes-en-age-de-procreer-a-la-prudence.html

[5] Cohen Z et al. Analysis of patients completing the ibalizumab phase 3 trial and expanded access program. International Congress on Drug Therapy in HIV Infection (HIV Glasgow), Glasgow, 2018, abstract O345

[6] Wang X et al. Generic tenofovir disoproxil fumarate and emtricitabine tablets obtained from the internet – are they what they say they are? International Congress on Drug Therapy in HIV Infection (HIV Glasgow), Glasgow, 2018, abstract P010

[7] Pilkington V et al. Meta-analysis of the risk of Grade 3/4 or serious clinical adverse events in 12 randomised trials of PrEP (n = 15,678). International Congress on Drug Therapy in HIV Infection (HIV Glasgow), Glasgow, 2018, abstract O143, 2018